Gerard Foucher Critique Essay

On By In 1

** Translations of French texts quoted in this article are unofficial translations by the author.

1 If the author of this article is French, he has presently no position in France. Participant-observer indeed, he does not defend any ‘schools’ and does not belong to any networks.

2 Keep in mind that this article focuses on the state of IR in France and not in French-speaking countries. It might be confusing for non French-speakers to make the distinction to the extent that the language is the same. In Africa, in Canada, in Belgium, in Luxembourg and in Switzerland, the situation is absolutely incomparable to France. Additionally, some French academics have made a significant international breakthrough in IR abroad, chiefly in Québec or in Africa but do not qualify for inclusion in this article. On the other hand, some academics that do not have the French citizenship but have always been working in France will be included.

3Vennesson, P., ‘Les Relations Internationales dans la Science Politique aux États-Unis’, Politix, 11:1 (1998), pp. 181–2.

4 For instance, note the existence of the Association des internationalistes (Association of IR scholars) set up in 2010. It gathers most of French IR scholars notwithstanding their original disciplines (political science, geography, history, economics, and law).

5 In order to understand the peculiarities of French IR, it is necessary not to underestimate consequences of the numerous internal conflicts. According to Constantin: ‘The current situation results, first of all, in the history of a subject planned in certain curricula of universities; and like all subjects, international relations has been the object of covetousness, provoking its appropriation by fraternities or parishes who claim the monopoly of useful knowledge and attempt to neutralize, or even excommunicate, all applicants not acknowledged by the inner circle, according to power struggles between faculties, if not between colleagues.’ Constantin, F., ‘Les Relations Internationales dans le Champs Scientifique Français ou les Pesanteurs d'une Lourde Hérédité’, La Revue Internationale et Stratégique, 47:3 (2002), pp. 91–2. Let's mention also the Heisbourg Report (2000), titled officially Mission d'Analyse et de Proposition Relative à l'Enseignement et à la Recherche en ‘Relations Internationales’ et ‘Affaires Stratégiques et de Défense’, in which the word ‘barony’ is bluntly penned for describing the natural tendency of IR scholars to claim a monopoly of IR by the yardstick of their own discipline. Appointed in November 1998 and led by François Heisbourg, this commission had to make some propositions inter alia for reforming IR curricula in French universities. See François Heisbourg, Mission d'Analyse et de Proposition Relative à l'Enseignement et à la Recherche en ‘Relations Internationales’ et ‘Affaires Stratégiques et de Défense’ (2000), available at: {http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics//004001058/0000.pdf} accessed 2 October 2013.

6 See the illuminating introduction of the book edited by Tickner, Arlene B. and Wæver, Ole on IR outside the US. ‘Introduction: Geocultural Epistemologies’, International Relations Scholarship Around the World (London and New York: Routledge, 2009), pp. 1–31. The authors have edited a brilliant book examining the ways in which IR has evolved and is practised based on 16 cases. Incidentally, notice that this piece of work belongs to the growing documentation on IR outside the Anglo-American mainstream. See also Tickner, Arlene and Blaney, David L. (eds), Thinking International Relations Differently (Routledge, 2012).

7 This is the observation made by Brown, Chris in his chapter ‘Fog in the Channel: Continental International Relations Theory Isolated’, in Crawford, Robert M. A. and Jarvis, Darryl S. L. (eds), International Relations – Still an American Science? Toward Diversity in International Thought (Albany: State University of New York Press, 2001), pp. 203–19.

8 In French, let us list Dario Battistella's analysis in the acute chapter, which ends the last edition of his manual. Battistella, Dario, ‘Les Relations Internationales en France’, in Battistella, Dario (ed.), Théories des Relations Internationales (4th edn, Paris: Les Presses de Sciences Po, 2012), pp. 689–721. The author, professor at Sciences po Bordeaux and well-known for being one of the few academics committed in favour of theories in IR, by analysing the evolution of IR (in political science) within the French academia, deals especially with the issue of theories; he argues that ‘theories … remains at the fringe compared to what is agreed to call the sociology of international relations’. There are also all the very interesting articles in the issue of the journal Revue Internationale et Stratégique dedicated on the state of IR in France. ‘Relations Internationales. La Tentation d'Exister’, La Revue Internationale et Stratégique, 47:3 (2002), pp. 77–167. N. Ragaru, ‘L'État des Relations Internationales en France’, pp. 77–81; M.-C. Smouts, ‘Entretien. Les Relations Internationales en France: Regard sur une Discipline’, pp. 83–9; F. Constantin, ‘Les Relations Internationales dans le Champ Scientifique Français ou les Pesanteurs d'une Lourde Hérédité’, pp. 90–9; J. J. Roche, ‘L'Enseignement des Relations Internationales en France: les Aléas d'une “Discipline-Carrefour”’, pp. 100–7; A.J.R. Groom, ‘Les Relations Internationales en France: un Regard d'Outre-Manche’, pp. 108–17; J. Laroche, ‘La Mondialisation: Lignes de Force et Objets de Recherche’, pp. 118–32; P. Ryfman, ‘Vers une “École Française” d'Analyse de l'Humanitaire?’, pp. 133–44; F. Petiteville, ‘L'Union Européenne, Acteur International “Global”? Un Agenda de Recherche’, pp. 145–57; G. Mink, ‘La Conversion de la “Soviétologie” Française après la Disparition de son Objet d'Étude’, pp. 158–67. Indeed, most of these authors are both judges and parties. In that sense, by analysing IR as an objet and as a subject, their axiological neutrality might be dubious. Yet, their analysis remains very relevant.

9 For instance, Henrik Ø. Breitenbauch carried out an intriguing doctoral dissertation at the University of Copenhagen under the supervision of Ole Wæver on the difficulties of the disciplinary field of IR in France go beyond a certain Cartesianism. By showing how French IR has evolved less comprehensively than transnational-American IR research practices toward an ideal-type form of the modern social science article, one of his main proposition is that compulsory standards of forms (chiefly the famous French school essay, la dissertation) have a central role in this area. Henrik Ø. Breitenbauch, Cartesian Limbo. A Formal Approach to the Study of Social Sciences: International Relations in France, PhD Thesis submitted to the Department of Political Science, University of Copenhagen 92008). His dissertation was recently published under the title International Relations in France: Writing between Discipline and State (London: Routledge, 2013). For his part, Chillaud published a policy-oriented paper in the journal European Political Science analysing the development of IR within French academe and reviewing the scholarly output of IR teaching. Chillaud, M., ‘International Relations in France: The “Usual Suspects” in a French Scientific Field of Study?’, European Political Science, 8 (2009), pp. 239–53. In a chapter in an edited volume, Giesen, by taking stock of the development of IR in France but also in other French-speaking countries, between 1945 and 1994, touches upon in a very fragmentary fashion our problematic issue. The author, who explores the Francophone particularities (not only in France), identifies the scholarly practice as one of the main reason of the peculiarities in France. Giesen, Klaus-Gerd, ‘France and other French-speaking Countries (1945–1994)’, in Jørgensen, Knud Erik, (ed.), International Relations in Europe: Traditions, Schools and Perspectives (London: Routlege, 2006), pp. 19–46. Last but not least, let's mention the chapter on IR in Western Europe written by Jörg Fridrichs and Ole Wæver in the intriguing book edited by Arlene B. Tickner and Ole Wæver. Friedrichs, Jörg and Wæver, Ole, ‘Western Europe. Structure and Strategy at the National and Regional Levels’, in Tickner, Arlene B. and Wæver, Ole (eds), International Relations Scholarship Around the World (London and New York: Routledge, 2009), pp. 261–86. There is also the chapter on France in the book penned by Jörg Fridrichs. In the two texts, the authors, by examining the development of IR studies in France, have a similar approach: they try to identify the reasons which contribute to the construction of the ‘French mansion’ as a part of many ones into a wider community. Friedrichs, Jörg, ‘International Relations Theory in France: three Generations of Parisian Intellectual Life’, in Friedrichs, Jörg (ed.), European Approaches to International Relations Theory. A House with Many Mansions (London and New York: Routledge, 2004), pp. 29–46.

10Bourdieu, P., ‘Le Champ Scientifique’, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2:2–3 (1976), p. 89.

11Hoffmann, S., ‘An American Social Science: International Relations’, Daedalus, 106:3 (1977), pp. 41–60.

12 The very stimulating book International Relations – Still An American Social Science (2001) is telling. The very few references to French IR are made by the Francophone and Francophile British IR scholar A.J.R. Groom. See A.J.R Groom and Peter Mandaville, ‘Hegemony and Autonomy in International Relations: The Continental Experience’, in Crawford and Jarvis (eds), pp. 157–63.

13 Bourdieu, ‘Le Champs Scientifique’, p. 91.

14Duroselle, J.-B., ‘La Nature de la Politique Internationale’, Politique internationale, 4 (1979), p. 111.

15 Jörg Friedrichs and Ole Wæver, ‘Western Europe. Structure and Strategy at the National and Regional Levels’, in Tickner and Wæver (eds), p. 263.

16 M.-C. Smouts, ‘Les Relations Internationales en France. Regards sur une Discipline’, p. 84.

17 Jörg Friedrichs, ‘International Relations Theory in France: three Generations of Parisian Intellectual Life’, in Friedrichs (ed.), p. 29.

18 F. Constantin, ‘Les Relations Internationales dans le Champs Scientifique Français ou les Pesanteurs d'une Lourde Hérédité’, p. 90.

19 Friedrichs and Wæver, ‘Western Europe. Structure and Strategy at the National and Regional Levels’, p. 263.

20 Ole Wæver, ‘Aberystwyth, Paris: Copenhagen. The Europeanness of New “Schools” of Security Theory in an American Field’, in Tickner and Blaney (eds), pp. 48–71.

21 This could astonish foreigners who usually take for granted that the ‘Paris School’ is a major school of thought in France.

22 See, for example, the contributions in the forum dedicated to Foucault and IR in the journal International Political Sociology. IPS forum contribution, ‘Assessing the Impact of Foucault on International Relations’, International Political Sociology, 4:2 (2012), pp. 196–215. Broadly speaking, the philosophers who became so influential in Anglo-Saxon social sciences had little impact on IR scholarship in France itself.

23 A quick glance at the works of French IR scholars shows that – with the exception of Didier Bigo's – Foucault is very rarely quoted. Of course, this is absolutely not the case in philosophy and in sociology.

24Bigo, D., ‘Security’ in Adler-Nissen, Rebecca (ed.), Bourdieu in International Relations: Rethinking Key Concepts in IR (London and New York, Routledge, 2012), pp. 114–30.

25Battistella, D. and Cornut, J., ‘Des RI Françaises en Émergence. Les Internationalistes Français dans le Sondage TRIP 2011’, Revue Française de Science Politique, 63:2 (2013), p. 309.

26 Well shown by the chapter penned by Favre, Pierre and Dada, Nadine, ‘La Science Politique en France’, in Commission Européenne and IEP de Paris (eds), La Science Politique en Europe. Formation, Coopération, Perspectives, Conférence d'Évaluation (Paris: Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1996), pp. 214–49.

27 Have in mind that political science – including IR – is taught in two kinds of institutions. The first, comprising the nine Instituts d'Études Politiques (IEPs), constitutes the most prestigious institutions of graduate education and research in French political science. IEPs that are considered to be Grandes écoles (literally ‘Great Schools’) are higher education establishments outside the mainstream system of public universities. Unlike French public universities, which have an obligation to accept all candidates in the same academic field, the selection criteria of Grandes écoles are competitive. The most prestigious IEP is the one in Paris (Sciences po Paris). Semi-autonomous public establishment, it arose from the old École libre des Sciences politiques in 1945. Afterwards, eight other IEPs were created. These institutions with selective recruitment are relatively independent in comparison with the universities to which they are administratively attached. The other type of institution where teaching takes place is the faculties of law, in which there are some law curricula but also often political science curricula (usually on the master level). This dates back to 1954, when a national regulation introduced political science as a compulsory discipline. Note that in law curricula, (which usually also include courses in other social sciences, such as sociology and political science), IR courses are usually run by lawyers, whereas in political science curricula they are run either by lawyers or political scientists. What is really odd in the French system is that political science is not exclusively taught in either IEPs or faculties of law.

28 It is usually taken for granted that IR emerged in 1919 and developed through the first great debate between realists and idealists. Yet, some scholars have contested this ‘myth’. This benchmark has been called into question, for instance, by Barry Buzan who has been carrying out an intriguing research programme on ‘the long 19th century’ as axial time of world politics. See Buzan, Barry and Lawson, George, ‘The Global Transformation: the Nineteenth Century and the Making of Modern International Relations’, International Studies Quarterly, 59:1 (2013), pp. 1–15. Nonetheless, without challenging the rise of IR before World War I, we prefer to stick to that date as a starting point to assess the trajectory of French IR in view of the fact that it has been since 1919 that IR has been considered as an academic field of research within universities.

29 We are extremely well informed about the various disciplines that dealt with international issues during the interwar period, thanks to the chapter by Pierre Renouvin in the fascinating book edited by UNESCO in 1950. Renouvin, Pierre, ‘La Contribution de la France à l'Étude des Relations Internationales’ in UNESCO (ed.), La Science Politique Contemporaine. Contribution à la Recherche, la Méthode et l'Enseignement (Paris: UNESCO, 1950), pp. 578–92. This book is a real mine of information on the institutionalisation of political science all over the world.

30 Friedrichs, ‘International Relations Theory in France: three Generations of Parisian Intellectual Life’, p. 30.

31 There were, however, some attempts to give IR its spurs. Aron, Raymond, a pioneer in that regard, published Paix et Guerre entre les Nations (Paris: Calmann-Lévy, 1962). In English, Aron, Raymond, Peace and War. A Theory of International Relations, trans. Howard, Richard and Backer, Annette (Garden City, New York: Double Day, 1966). Nevertheless, this was more of an essay than a manual. Marcel Merle (1923–2003) published La Vie Internationale in 1963, and afterwards Sociologie des Relations Internationales. Merle, Marcel, Sociologie des Relations Internationales (4th edn, Paris: Dalloz, 1988). Step-by-step manuals integrating debates on major IR theories were published. Some of these were written by academics coming from Sciences po and the CERI (Centre d'Études et de Recherche internationale). Originating from inside political science, this trend transposed its methods and approaches from the national to the international level. It is worth mentioning Badie, Bertrand and Smouts, Marie-Claude, Le Retournement du Monde. Sociologie de la Scène Internationale (Paris: Presses de Sciences Po, Dalloz, 1992) and Badie, B. and Smouts, M.-C., ‘The Turnaround of the World’, Geopolitics, 5:2 (2000), pp. 85–93. See also Smouts, Marie-Claude (ed.), Les Nouvelles Relations Internationales. Pratiques et Théories, (Paris: Presses de Sciences po, 1998) and Smouts, M.-C., ‘The Meanings of Violence and Its Role in Legitimation. Cultures et Conflits’, Mershon International Studies Review, 39:1 (1995), pp. 111–15, for the launching of the review Cultures et Conflits by Bigo. Other work was conducted in the framework of realism and strategic issues. The main advocate of this approach is Jean-Jacques Roche. Roche, Jean-Jacques, Théories des Relations Internationales (8th edn, Paris: Montchrestien, 2010 [orig. pub. 1994]) and Relations Internationales (Paris: L.G.D.J., 2001). Dario Battistella published a very stimulating manual, which comes from his teachings at Sciences po Bordeaux. Dario Battistella, Théories des Relations Internationales. Josepha Laroche, professor of political science at La Sorbonne, espouses a sociological approach to IR, chiefly from the perspective of international political economy. Laroche, Josepha, Politique Internationale (2nd edn, Paris: LGDJ, 2000 [orig. pub. 1998]). Pascal Vennesson took an interest in military sociology. Vennesson, Pascal, Les Chevaliers de l'Air. Aviation et Conflits au XXe siècle (Paris: Presses de Sciences po and Fondation pour les Études de Défense, 1997). See also Caplow, Theodore and Vennesson, Pascal, Sociologie militaire (Paris: Armand Colin, 2000). Frédéric Ramel, elected recently as professor of IR at Sciences po Paris, published an interesting book, with David Cumin, Philosophie des Relations internationales and a fascinating essay on the concepts of ‘polarisation’ and ‘seduction’ in IR. Ramel, Frédéric and Cumin, David, Philosophie des Relations Internationale (2nd edn, Paris: Presses de Sciences po, 2011 [orig. pub. 2002]); and Ramel, Frédéric, L'Attraction Mondiale (Paris: Presses de Sciences po, 2012). Thomas Lindemann is almost certainly the only scholar in France to work exclusively on constructivism, a research agenda neglected by most French researchers. Lindemann, Thomas, Penser la Guerre. L'Apport Constructiviste (Paris: L'Harmattan, 2008). Sabine Saurugger from Sciences po Grenoble wrote what is probably the first manual to make the link between theory and European Union studies. Saurruger, Sabine, Théories et Concepts de l'Intégration Européenne (Paris: Presses de Sciences Po, 2009). Franck Petiteville who teaches at the same place, got interested on the concept of mu ltilateralism in IR. Petiteville, Franck, Le Multilatéralisme (Paris: Montchrestien, 2009).

32 Roche, ‘L'Enseignement des Relations Internationales en France’, p. 101.

33 Ibid., p. 104.

34 There are three major French ‘think tanks’ (Institut français de Relations internationales/IFRI, Fondation pour la Recherche stratégique/FRS and Institut de Relations internationales et stratégiques/IRIS) to which one may add a research centre integrated into the military administration (Institut de Recherche stratégique de l'École militaire/IRSEM) and another one that depends on the Centre national de Recherche scientifique (CNRS), the Centre d'Étude de Recherches internationales (CERI). If the latter is certainly the most open to theories, this is probably because it belongs to the CNRS (a state organ) and as such it does not fear the paymasters' vagaries.

35 We might point out, nevertheless, that some significant French academic institutions were set up thanks to American foundations. For example, the prestigious La Maison des Sciences de l'Homme was mainly financed by the Ford Foundation. Let's also mention the Fondation nationale des Sciences politiques, which was financed inter alia by the Rockfeller Foundation.

36 J. Hubert-Rodier, ‘Enquête: le Pays Manque de Laboratoires d'Idées en Matière de Relations Internationales’, Les Echos (25 April 2007).

37 Even in the US, the problem is similar. In a Washington Post column, Joseph Nye has lamented the growing gap between theory and practice in the field of IR. ‘Scholars are paying less attention to questions about how their work relates to the policy world, and in many departments a focus on policy can hurt one's career. Advancement comes faster for those who develop mathematical models, new methodologies or theories expressed in jargon that is unintelligible to policymakers’. Joseph Nye, ‘Scholars on the Sidelines’, Washington Post (13 April 2009). One of the reasons is that there is a persistent chasm between what ‘suppliers’ of social research offer and what the prospective ‘users’ of this research seek.

38 See the intriguing rapport made by Marc Loriol , Françoise Piotet, and David Delfolie, Le Travail Diplomatique. Un Métier et un Art, Rapport de recherche pour le ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE), Laboratoire Georges Friedmann – UMR 8593 (December 2008), available at: {http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/rapportfianl_sociologue.pdf} accessed 2 October 2013.

39 Friedrichs and Wæver, ‘Western Europe. Structure and Strategy at the National and Regional Levels’, p. 267. Jean-Michel Emery-Douzans, a prominent French scholar at Sciences Po Toulouse, has conducted extensive works on French elites and particularly on énarques (graduate of ENA). He addressed chiefly the issue of their atheoritical curriculum in his book, La Fabrique des Énarques (Paris: Économica, 2001).

40 Friedrichs and Wæver, ‘Western Europe. Structure and Strategy at the National and Regional Levels’, p. 263.

41Chillaud, M., ‘Strategic Studies in France. Plus Ça Change’, Res Militaris (), 3:1 (2012), pp. 6–7, available at: {http://resmilitaris.net}.

42 Bourdieu, ‘Le Champ Scientifique’, p. 91.

43 We might mention inter alia the Revue Française de Science Politique, Critique Internationale, Culture et Conflit, Revue d'Étude Comparative Est/Ouest, Politique Européenne. The journal Politique Étrangère has adopted a hybrid system. Some of the articles are selected through a process of peer review, others are not.

44Smith, A., ‘French Political Science and European Integration’, Journal of European Public Policy, 7:4 (2000), p. 663.

45 Even though it is really annoying that some expressions in English are lost in translation in French. The most illustrative example is the neologism securitisation translated absurdly in French by sécurisation, which means in English (as well as in French) the action to make safe.

46 There is an excellent synthesis on this issue by d'Aoust, A.-M., ‘Accounting for the Politics of Language in the Sociology of IR’, Journal of International Relations and Development, 15:1 (2012), pp. 120–31. It's worth noting that the author is French-Canadian and not French.

47 This aspect has been analysed by Bourdieu and Wacquant. See Wacquant, Loïc and Bourdieu, Pierre, ‘Sur les Ruses de la Raison Impérialiste’, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 121:121–2 (1998), pp. 109–18.

48 It is worth noting that a new journal, the European Review of International Studies, is to be launched in 2014. Published in English by the German publisher Barbara Budrich and sponsored inter alia by the Association of the Internationalistes and the Institut de Recherche Stratégique de l'Ecole Militaire, the editors are the Francophone British academic A.J.R. Groom and the director of CERI, the French Christian Lequesne. Indeed, this journal cannot be considered as being sensu stricto part of the IR French community. Nonetheless, the fact that it integrates international standards, chiefly the peer-review one, may bode a positive evolution.

49 It would be interesting to carry out a thorough study on the problematic issue of publication and advancement in academic careers. It seems it is thanks to their extremely protected status that French academics can possibly pursue a career without being obliged to publish. Jobard's study, which concerns only researchers from the Centre national de recherche scientifique, offers a few comments to add to the discussion. Jobard, Fabien, ‘Combien Publient les Politistes, la Productivité des Politistes du CNRS et leurs Supports de Publication’, Revue Française de Science Politique, 60:1 (2010), pp. 117–33.

50 Incidentally, the first to host papers in IR was precisely the Revue Française de Science Politique (founded in 1951). Battistella and Cornut notice that in the TRIP survey, 22 per cent of the respondents who are IR scholars say the Revue française de science politique is the journal where they would like to publish. That journal is the second one after International organization (41 per cent). Batisttela and Cornut, ‘Des RI Françaises en Émergence. Les Internationalistes Français dans le Sondage TRIP 2011’, p. 317.

51 CERI is a research centre in political science with strong links between IR and area studies, and between domestic political systems and the sociology of international ones. The meaning of its earlier acronym was Centre d'Études des Relations internationales. To stress the complementarity between IR and comparative political sociology, it was eventually decided, in 1976, to change the name to Centre d'Études de Recherches internationales, with an alteration of ‘Relations’ to ‘Recherches’ (research).

52 The CNU, which is made up of academics, is the state organ in charge of accreditation for PhD scholars who intend to continue in the academic world just after they defend their doctoral dissertation. Without the ‘passport’ granted by the CNU, it is not possible to apply for a position in a university or in an IEP. The CNU is divided into groups of sections. There are as many sections (77) as there are disciplines – but IR is not among them. It is worth noting that, from a strictly legal perspective, all theses – whatever their discipline – can be qualified by any kind of sections. In addition, a qualification granted for a section is worth legally for a qualification granted by all the sections. Nevertheless, this is evidently a legal fiction. Because of the scarcity of positions, the candidate will have no chance of being hired if his qualification does not match the discipline of the position. It is technically possible for a non-politist to be ‘accredited’ by the section in political science. The doctrine of section 04 accepts for qualification theses, which are not political science theses, if three conditions are met. Firstly, ‘beside the excellence of the dissertation’, it must deal with subjects of direct interest to the discipline of political science. Secondly, the PhD, through the doctoral dissertation and scientific articles, must show that s/he masters ‘tools and methods of research of the discipline. He must demonstrate his capacity to mobilize the scientific literature and theories used in political science.’ Thirdly, ‘the presence of a politist among the members of the jury’ is essential. Conseil national des universités, section 04, Rapport annuel d'activité. Qualification aux fonctions de maître de conférences et de professeur des universités (Session 2012), p. 17, available at: {http://www.afsp.info/omasp/cnu/rapports/rapportcnu2012.pdf} accessed 2 October 2013. The problem had been acute with lawyers who supervised doctoral dissertations labelled IR but in political science. If there is no legal hindrance for a professor of public law to supervise PhD candidates in political science, it is, according to Pierre Sadran the former president of the CNU with whom the author of these lines had an interview in January 2012 ‘on behalf of deontological grounds that the CNU demand that supervisors be politists’. Before the introduction of the agrégation of political science in 1973 which constituted de jure the autonomy of political science, academics wore two hats: public law and political science. They could supervise doctoral dissertations in either of the two disciplines.

53 Phone interview with Jacques de Maillard, member of the AERES Commission, 2 January 2012.

54 See Communiqué de presse en date du 14 octobre 2008 of the French association of political science in which it ‘questions the criteria initiated’ available at: {http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/2008/afsp141008aeres.pdf.} accessed 2 October 2013.

55Liste des revues AERES pour le domaine SCIENCE POLITIQUE (Mise à jour le 29 January 2010) available at: {http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/2008/afsp141008aeres.pdf.} accessed 14 June 2012.

56 For instance, in the public law list (Annuaire Français de Relations Internationales) or in the geography one (Hérodote).

57 Another aspect of the problem is that international rankings include rarely non English-speaking journals.

58Renouvin, Pierre and Duroselle, Jean-Baptiste, Introduction à l'Histoire des Relations Internationales (Paris: Armand Colin, 1964).

59Duroselle, J.-B., ‘L'Étude des Relations internationales: Objet, Méthode, Perspectives’, Revue Française de Science Politique, 2:4 (1952), pp. 676–701 and ‘Histoire des Relations Internationales’, Revue Française de Science Politique, 6:2 (1956), pp. 399–405.

60Duroselle, J.-B., ‘Pierre Renouvin et la Science Politique’, Revue Française de Science Politique, 25:3 (1975), pp. 561–74.

61Duroselle, Jean-Baptiste, Tout Empire Périra (Paris: Armand Colin, 1992), p. 17.

62 Quoted by Merle, M., ‘Sur la “Problématique” de l'Étude des Relations Internationales en France’, Revue Française de Science Politique, 33:3 (1983), p. 406.

63Laroche, Josepha, ‘Science Politique et Relations Internationales: Mettons les Pendules à l'Heure’, in Darras, Éric and Philippe, O. (eds), La Science Politique, Une et Multiple (Paris: L'Harmattan, 2004), pp. 210–1.

64Smouts, M.-C., ‘The Study of International Relations in France’, Millennium – Journal of International Studies, 16:2 (1987), p. 281. It is worth mentioning that Marie-Claude Smouts, like Marcel Merle, were initially both lawyers.

65Smith, A., ‘French Political Science and European Integration’, Journal of European Public Policy, 7:4 (2000), p. 666.

66 An intriguing work on the link between IR and international law is made in the book Droit international et relations internationales, published after a colloquium in 2008 dedicated to this issue. Société française de Droit international, Droit International et Relations Internationales. Divergences et Convergences (Paris: Pedone, 2010).

67 It is worth mentioning André Sigfried (1875–1959), who was among the founding fathers of political science in France and a disciple of the famous French geographer Paul Vidal de La Blache (1845–1918). His major book, Le tableau politique de la France de l'Ouest (1913) was a geographical and sociological explanation of electoral behaviour that set the foundation for political science.

68Gottmann, Jean, La Politique des États et leur Géographie (Paris: CTHS, 1951, ). See also his intriguing article, in English, ‘Geography and International Relations’, World Politics, 3:2 (1951), pp. 153–73.

69Lévy, Jacques, Géographies du Politique (Paris: Presses de Sciences po, 1991) and ‘Geopolitics after Geopolitics: A French Experience’, Geopolitics, 5:3 (2000), pp. 99–113.

70Foucher, Michel, Fronts et Frontières: Un Tour du Monde Géopolitique (Paris: Fayard, 1991), ‘La Fin de la Géopolitique? Réflexions Géographiques sur la Grammaire des Puissances’, Politique étrangère, 61:1 (1997), pp. 19–31 and ‘The Geopolitics of Front Lines and Borderlines’, Geopolitics, 5:2 (2000), pp. 159–70.

71Dussouy, Gérard, Quelle Géopolitique au XXIe siècle? (Paris: Les Éditions Complexe, 2001).

72Dussouy, Gérard, Traité de Relations Internationales: Tome 1, Les Théories Géopolitiques (Paris: L'Harmattan, 2006), Traité de Relations Internationales: Tome 2, Les Théories de l'Interétatique (Paris: L'Harmattan, 2007) and Traité de Relations Internationales: Tome 3, Les Théories de la Mondialité (Paris: L'Harmattan, 2009).

73 Yves Lacoste, La Géographie, çaSert, d'abord, à Faire la Guerre (Paris: Maspéro, 1976).

74 The anecdote is described by G. Minassian, ‘La Révolution Géopolitique Inachevée’, Le Monde (3 August 2010).

75Vernant, J., ‘Une Sociologie des Relations Internationales’, Politique Étrangère, 17:4 (1952), p. 229.

76 Aron, Paix et Guerre entre les Nations, p. 62.

77Aron, R., ‘Une Sociologie des Relations Internationales’, Revue française de Sociologie, 4:3 (1963), pp. 307–20.

78 Merle, Sociologie des Relations Internationales, p. 3.

79 Badie and Smouts, Le Retournement du Monde. Sociologie de la Scène Internationale, p. 19 and Badie and Smouts, ‘The Turnaround of the World’, p. 93.

80Charillon, Frédéric (ed.), Politique Étrangère. Nouveaux Regards (Paris: Presses de Sciences po., 2002).

81Devin, Guillaume, Sociologie des Relations Internationales (Paris: La Découverte, 2007), pp. 3–4.

82 Smouts, ‘The Study of International Relations in France’, p. 283.

83 Friedrichs, ‘International Relations Theory in France: three Generations of Parisian Intellectual Life’, p. 32. See also Duroselle, J.-B., ‘Les “Area Studies”. Problèmes de Méthodes’, Bulletin International des Sciences Sociales, 4:4 (1952), pp. 674–84. The article is a bit old but still very relevant in order to understand the consubstantiality between the French colonial legacy and the precocious study of area studies. Yet, it did not avoid a belated emergence of IR in French academia.

84 See, for instance, Feuer, Guy and Cassan, Hervé, Droit International du Développement (Paris: Dalloz, 1985).

85 Ryfman, ‘Vers une “École Française” d'Analyse de l'Humanitaire?’, pp. 133–44.

86Deriennic, Jean-Pierre and Moïsi, Dominique, ‘France’, in International Studies in Six European Countries, A Report to the Ford Foundation (Ford Foundation publisher, 1976), p. 44.

87Gonidec, Pierre-François, Relations Internationales (Paris: Montchrestien, 1977).

88 A small but very telling detail is that Edmond Jouve, supervised the doctoral thesis of the daughter of Gaddafi until recently.

89Jouve, Edmond, Relations Internationales (Paris: PUF, 1992).

90 Mink, ‘La Conversion de la “Soviétologie” Française après la Disparition de son Objet d'Étude’, pp. 158–67.

91Bouthoul, Gaston, Traité de Polémologie. Sociologie des Guerres (3rd edn, Paris: Payot, 1991).

92Coutau-Bégarie, Hervé, Traité de Stratégie (7th edn, Paris: Économica, Institut de Stratégie comparée, 2011 [orig. pub. 1999]).

93Sur, Serge, Relations Internationales (Paris: Montchrestien, 1995), p. 41.

94Roche, Jean-Jacques, Relations Internationales (Paris: L.G.D.J., 2001), p. 5.

95 Bourdieu, ‘Le Champ Scientifique’, p. 96.

96 The atheorism in IR is, in France, inversely proportional to the place of theories in other disciplinary fields of research such as philosophy. Even if this is not the place in that paper to pursue the debate, it would be, however, interesting to carry out research on the whys and the wherefores of this paradox.

97Wæver, O., ‘The Sociology of a Not So International Discipline: American and European Developments in International Relations’, International Organization, 52:4 (1998), p. 709.

98Roche, Jean-Jacques, ‘Relations Internationales (théorie des)’, in Mesure, S. and Savidan, P. (eds), Le Dictionnaire des Sciences Humaines (Paris: PUF, 2006), p. 990.

99 Ibid.

100Colas, Dominique, ‘La Recherche entre Sciences Juridiques et Sciences Politiques’, in Godelier, Maurice (ed.), Les Sciences de l'Homme et de la Société en France. Analyse et Propositions pour une Politique Nouvelle. Rapport Remis à Jean-Pierre Chevènement, Ministre d'État, Ministre de la Recherche et de l'Industrie, sur l'État des Sciences Sociales en France (Paris: Collection des rapports officiels. La Documentation Française, 1982), p. 365.

101 The most intriguing article on that issue is undoubtedly the one written by Guzzini, S., ‘The Significance and Roles of Teaching Theory in International Relations’, Journal of International Relations and Development, 4:2 (2001), pp. 98–117.

De plus en plus de voix s’élèvent pour situer la cause essentielle de la crise dans le monopole des banques commerciales sur la création monétaire. Le revenu de base pourrait non seulement atténuer les conséquences de la crise, mais être surtout un levier politique pour agir sur sa cause, en transformant les modalités de création monétaire.

Maurice Allais, prix Nobel d’économie 1988, grand spécialiste de la monnaie et promoteur du revenu de base, proposait en son temps de retirer aux banques leur monopole sur la création monétaire. L’histoire n’en a pas tenu compte. Sur fond de mondialisation, le pouvoir des banques commerciales sur la création monétaire n’a cessé de s’amplifier et de se déréguler. Depuis les années 30, d’autres économistes avant lui en avaient déjà décrit les conséquences : bulles spéculatives, explosion de la dette, creusement abyssal des inégalités, chômage et pauvreté.

Nous ne détaillerons pas ici les mécanismes de création monétaire par les banques et leurs conséquences délétères (voir  l’approche D dans cet article). De nombreux membres du Mouvement Français pour le Revenu de Base (MFRB) les connaissent et n’en sont pas dupes. Ils estiment que la création monétaire par la dette, et le monopole qu’exercent les banques sur cette création, sont illégitimes. Il leur parait évident que ce système crée artificiellement deux classes d’humains : une infime minorité qui a le pouvoir de créer la monnaie, et l’immense majorité qui ne l’a pas. Cette scission de la société en deux classes bénéficiant dans les faits de droits différents, leur apparaît contraire aux droits humains selon lesquels : “Tous les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droit”.

Selon eux, il est illusoire de penser qu’un revenu de base qui ne prendrait pas en compte la création monétaire puisse sauver la paix sociale. Ils redoutent même qu’un revenu de base par redistribution tel qu’il pourrait se mettre en place en première instance, aboutisse au résultat contraire si le jeu politique lui faisait jouer le rôle de rempart pour maintenir un statu quo social qu’ils jugent inique. Il parait donc essentiel d’étudier des formes du revenu de base impliquant la création monétaire, voire qui seraient complètement fondées sur celle-ci.

La création monétaire réservée aux banques, un modèle obsolète

Remettre en question le monopole de la création monétaire par les banques privées relève du tabou, tant c’est la règle centrale du jeu économique. Aussi incroyable que cela puisse paraître, à la différence du Monopoly™ dont la règle est écrite et reconnue, celle de l’économie réelle commence à peine à être divulguée. En effet, cette règle est ce que certains théoriciens des jeux appellent une “règle homéostatique” que tous les acteurs appliquent aveuglément, sans la nommer et sans aucune question, tant que le jeu n’est pas arrivé à un certain niveau d’obsolescence.

Sur cette règle, les politiciens de tous bords sont parfaitement muets depuis des décennies, hormis au hasard de quelques déclarations électorales (« Mon ennemi c’est la finance » François Hollande).

Après Maurice Allais, pendant de longues années, aucun économiste officiel ne s’est interrogé publiquement sur ce sujet. Mais depuis peu, certains parlent à nouveau de création monétaire. Ils sont de plus en plus nombreux à le faire, et de manière très alarmiste.

Pour n’en citer que quelques uns : Gaël Giraud et Steve Keen (professeurs d’économie), Lord Adair Turner (directeur de l’autorité britannique de régulation des services financiers), Bernard Lietaer (ancien Directeur de la Banque nationale de Belgique), François Morin et Bernard Maris (anciens conseillers de la Banque de France), Mervin King (ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre), les économistes rassemblés au sein de l’initiative Monnaie-Pleine, etc. Bernard Maris résume la critique de ces économistes : la création monétaire n’a plus rien d’un service public. Sa privatisation complète conduit tout droit à une guerre de tous contre tous…

Si les acteurs institutionnels mettent soudainement en doute la règle du jeu restée taboue pendant si longtemps, c’est le signe que le jeu a atteint son niveau d’obsolescence et qu’il menace de s’effondrer. Il va donc falloir proposer d’urgence de nouveaux candidats pour remplacer le modèle de création monétaire actuel.

Comme on va le voir, les modèles alternatifs envisagés par différents acteurs institutionnels visent à redonner à la création monétaire un certain caractère de service public. D’autres approches visent à l’attirer dans le sens des communs. Toutes ces propositions ont partie liée avec la notion de revenu de base.

Domaine privé des banques, service public, ou communs ?

Avant d’entrer dans les détails, précisons que dans tous les cas, il ne s’agit pas de distribuer de la monnaie gratuite à gogo. Non, il s‘agit de rendre à tous et à chacun le premier et le principal pouvoir régalien qu’est la création monétaire, tout simplement en la centrant sur chaque individu. Elle pourrait remplir ainsi la fonction du revenu de base, ce que certains appellent dividende universel, permettant à chacun d’alimenter la vie économique. Nous allons voir qu’il existe deux types d’approches pour le réaliser.

Quelle que soit l’approche considérée, les objections fusent. La première se résume généralement à ceci : « En quoi de la monnaie créée à partir de rien et attribuée à tous, aurait-elle une valeur si cela ne correspond à aucun travail ni à aucune ressource ? ». En guise de réponse, il est facile d’observer que la création monétaire telle qu’elle est pratiquée actuellement par les banques sort aussi de nulle part. Elle est souvent purement spéculative, et en plus d’être inéquitable, elle ne correspond à rien pour l’économie réelle. Le dividende universel, au contraire, permettrait aux individus de vivre, d’échanger, de travailler, de mutualiser leurs ressources, et finalement d’entretenir les richesses léguées par leurs prédécesseurs, ou encore d’en créer de nouvelles.

Précisons enfin que les formes du revenu de base par création monétaire dont il est question ici ne doivent pas être confondues avec celle reposant sur la taxation des flux financiers (de type taxe Tobin). À nos yeux, cette idée revient à essayer de se chauffer en tentant de prélever quelques flammes du feu de l’enfer. La taxation des flux financiers, aussi louable qu’elle puisse être, validerait implicitement le système de création monétaire qui en est à l’origine, et qui semble promis à la désintégration. Non, ici, il est au contraire question de modifier la source de ce système.

Il existe deux types de visions pour réaliser cela :

  1. Distribution par un centre de pouvoir d’unités de compte qu’il a créées ex-nihilo. Dans le meilleur des cas, la vision sous-jacente est de considérer la création monétaire comme un service public. Cette distribution serait effectuée suivant un réseau centralisé ou décentralisé, respectivement selon les approches 1 et 2 introduites ci-après.
  2. Mise en œuvre sans centre émetteur, auto-régulée et transparente, d’unités de compte par chaque citoyen, afin qu’il puisse alimenter les flux économiques. Dans ce cas, la création monétaire, ou plutôt le protocole monétaire qui la supplanterait serait un commun. Cette mise en œuvre serait réalisée suivant un réseau pair-à-pair. Voir les approches 3 et 4 introduites ci-après.

Les implications de ces deux visions en terme de pouvoir sont évidemment considérables. Elles se déclinent en quatre approches de revenu de base par création monétaire envisagées par différents acteurs. Les deux premières approches présentées ci-après (1 et 2), montrent que la pression des événements pousse les institutions à aller bon gré mal gré dans cette voie. Mais quand elles s’y engagent, c’est souvent en dernier ressort, à petits pas, à mots couverts, de manière presque clandestine. Surtout, leur démarche ne remet pas en question le dogme de la monnaie-bien sur lequel nous reviendrons plus loin.

Au contraire, les approches suivantes (3 et 4) sont des initiatives citoyennes d’intérêt public, élaborées de manière aussi transparente que possible en s’appuyant sur des logiciels libres.

Approche 1. Quantitative Easing pour le Peuple (QE4People)

Dans le contexte de la crise généralisée que traverse l’Europe, le mouvement européenQE for People, proche du MFRB et du réseau UBIE, demande à la Banque Centrale Européenne (BCE) d’attribuer une part de création monétaire aux européens, plutôt que de refinancer les banques privées comme en 2008 — cela ne relance pas l’économie réelle — ou de baisser les taux sous zéro — un suicide probable.

Mario Draghi, président de la BCE, a jugé lui-même cette idée « très intéressante » avant d’ajouter : « Nous n’avons pas encore vraiment étudié le concept ». Pourtant , son économiste en chef, Peter Praet, confirme que cette arme monétaire, appelée monnaie hélicoptère, figure bien dans l’arsenal de la BCE.

Un QE4People montrerait que la création monétaire est encore pour une part un servicepublic qui peut agir sur l’activité économique réelle — Des précédents en Australie et aux USA ont montré que cela est efficace. Il pourrait en outre déclencher une certaine prise de conscience sur le lien qui pourrait être tissé entre création monétaire et revenu de base — Voir ce que certains économistes déterrés en ont dit par le passé.

Si tant est qu’il y ait une volonté politique de le faire, se pose la question de l’ajustement du montant et de la récurrence du QE4People. La situation est complexe en raison de l’opacité du système financier. Tant que l’on ne disposera pas d’une mesure comptable précise de la création monétaire bancaire réelle, et que l’on ne se sera pas résolu à en retirer une part aux banques privées, le QE4People restera bien loin d’un revenu de base digne ce ce nom.

Approche 2. Comptes des citoyens à la Banque centrale

Si elle n’est pas traitée à l’échelle européenne, l’instabilité politique que nous vivons actuellement, à laquelle n’est pas étranger le mode de création monétaire incontrôlé et inéquitable, pourrait conduire à un repli des États sur eux-mêmes.

La Suisse, connue pour son indépendance, donne le ton. L’Initiative Monnaie Pleine propose que la création monétaire légale de la Banque Nationale de Suisse (BNS) soit donnée sans dette, soit à la confédération, soit aux cantons, soit directement aux citoyens. Par ailleurs, il est aussi question que chaque citoyen détienne par l’intermédiaire de sa banque un compte de titres monétaires de la BNS, comme cela se pratique déjà sous d’autres latitudes, par exemple en République de l’Équateur. Dans ce cas de figure, les banques commerciales deviendraient de simples prestataires de services financiers auxquels la création monétaire à l’effigie de monnaie centrale serait interdite.

Ce modèle, qui s’apparente à un QE4People récurrent et à l’échelle d’un État, doublé d’une réforme de la fonction bancaire, pourrait inspirer d’autres pays voulant se démarquer de l’Union Européenne. En 2015, la Banque Centrale d’Angleterre s’est proposée d’étudier ce type de mesure et d’émettre une monnaie digitale spécifique pour la mettre œuvre, (voir ici, page32). Le mouvement Positive Money a publié un rapport sur ce sujet qui inspire aujourd’hui le gouvernement néerlandais.

Notons qu’il se pose dans ce cas le même problème que dans le QE4People. À savoir celui du calcul de la création monétaire nécessaire et suffisante pour assurer un revenu de base. Il se pose aussi la question de l’harmonisation entre les différents pays de leurs créations monétaires respectives, tout comme elle se pose aussi dans le cas précédent entre l’Europe et le reste du monde.

Approche 3. Réseau distribué de création monétaire

Cette initiative citoyenne d’intérêt public présente une approche à la fois théorique et pratique. Du point de vue théorique, elle répond (entre autres) à une objection courante : « Comment fixer une création monétaire qui ne dépende pas de l’arbitraire du pouvoir et des aléas politiques conduisant probablement à exploser la masse monétaire et à créer une inflation hors de contrôle, ou bien l’inverse : une implosion et une déflation ? ».

La réponse, ce sont les maths. En effet, une théorie existe. Elle s’appelle la Théorie Relative de la Monnaie (TRM) due à Stéphane Laborde (initialement un ingénieur Télécom). La TRM rejoint les travaux de l’économiste Yoland Bresson sur la valeur temps. Elle permet de calculer le montant d’un dividende universel en fonction de l’espérance de vie moyenne des individus, de la masse monétaire, et du nombre de personnes dans la communauté monétaire, afin que la création monétaire soit égalitaire et ne privilégie pas les membres de la communauté actuelle au détriment de ceux des générations à venir. Stéphane Laborde qualifie cette co-création monétaire de « symétrique dans le temps et dans l’espace ». 

La meilleure implémentation pratique d’un réseau distribué de création monétaire est à ce jour le générateur de monnaies libres appelé Ucoin, fonctionnant selon les principes de la TRM et utilisant les technologies blockchain et Web of Trust (WoT).

Chacun peut d’ores et déjà tester Ucoin. Une première mise en œuvre à l’échelle d’un territoire vient d’être lancée en Mayenne. Ucoin est bien entendu un logiciel libre. Pour le moment, à notre connaissance, il n’existe pas dans le monde d’équivalent aussi abouti.

Approche 4. Protocole monétaire entre banques individuelles

L’initiative citoyenne d’intérêt public baptisée Système Monétaire Équilibré (SME), initie l’idée selon laquelle la notion de monnaie deviendrait obsolète au profit de celle de protocole. Elle est complémentaire d’autres idées que l’ont trouve entre autres ici et là dans le monde académique.

Le SME propose de créer une coopérative de banques individuelles. Il s’agit d’une organisation non centralisée, mettant en place un protocole comptable générique, permettant à chaque citoyen de se créer un compte de paiement électronique. Ce compte libérerait régulièrement une avance monétaire personnelle mathématiquement équivalente pour tous, quels que soient les choix libres et indépendants que chacun fait pour les paramètres de sa propre comptabilité individuelle. Une part de cette avance individuelle serait renouvelée naturellement pour permettre à chacun de disposer du minimum de biens et de services nécessaires pour vivre — c’est la fonction revenu de base. Une autre part serait consacrée au financement participatif selon les désirs des individus afin de faire exister des projets communs. Cette organisation ne serait donc pas une banque, mais une coopérative organisant l’émergence de banques individuelles. Chacun, équipé d’un logiciel ad-hoc, deviendrait son propre banquier, teneur de son propre compte de paiement, créateur de sa propre part d’unités de compte monétaires, part identique à celle mise en oeuvre par tout autre citoyen.

L’avancée conceptuelle du SME est qu’il s’agit d’un système distribué d’enregistrement des flux économiques, dans lequel les unités de mesure n’ont pas plus de valeur que les degrés Celsius ou les centimètres. Ainsi disparaîtraient l’illusion de la monnaie-bien qui laisse accroire que des unités de mesure puissent être crées ou prêtées, et donc l’escroquerie de l’achat de devises (on ne paie pas en degrés Celsius pour obtenir des centimètres).

En application du travail théorique réalisé, une démonstration pratique du SME est en développement. Les membres du MFRB qui souhaiteront la tester seront bientôt invités à se manifester. Des liens et documents seront prochainement communiqués.

Alors, combien ?

Combien ? Telle est la question, simple, que posent souvent en premier lieu ceux qui découvrent l’idée du revenu de base. Les différentes approches d’un revenu de base par création monétaire n’offrent pas de réponse simpliste. Elles sont au contraire de nature à faire réfléchir car elles remettent en cause nombre de nos préjugés et de nos illusions sur la monnaie et sur l’économie.

Selon l’approche 1, « si l’argent créé à travers le QE était plutôt réparti entre tous les habitants de la zone euro, chaque citoyen pourrait recevoir jusqu’à 175 euros par mois », calcule le mouvement QE4people. On le voit, cette somme est relative au QE classique que pratique régulièrement la BCE dans la conjoncture actuelle. Elle est donc dépendante de l’évolution de cette conjoncture. Avec l’approche 2, il semble impossible d’évoquer un chiffre pour la même raison, d’autant que le calcul devrait se faire pays par pays.

Pour ce qui est des approches 3 et 4, on peut tenter avec beaucoup de prudence quelques calculs en appliquant leurs cadres conceptuels respectifs à la zone Euro telle qu’elle est aujourd’hui. Cet exercice n’a qu’une portée limitée car le monde monétaire sur lequel il se base comprend une part invisible et il est en transformation à vitesse grand V. Par ailleurs, ces approches ne sont en rien équivalentes aux approches 1 et 2, notamment en terme de pouvoir citoyen, et donc de société.

Selon l’approche 3, en s’en tenant aux données officielles de la BCE – sous réserve qu’elles reflètent l’entièreté de la création monétaire, ce dont on peut douter – il est possible de calculer grâce à la TRM, le montant théorique que devrait prendre le dividende universel dans la zone Euro : 559 € par mois pour chaque européen, inconditionnel et cumulable avec les autres revenus. Cela correspond en gros au montant du RSA tel qu’il est attribué de manière conditionnelle en France. Si les données de la BCE sont sous-estimées – on ne sait pas dans quelle proportion –, ce serait un montant encore supérieur. Mais encore une fois, cela n’a un sens que relatif.

L’approche 4 part du besoin : combien faut-il pour vivre chaque mois ? Le seuil de pauvreté à 60 % du revenu médian donne une bonne indication. C’est environ 900 € par mois actuellement en France, ou 2200 F. en Suisse, par exemple. Ce seuil est relatif aux prix observés dans chaque lieu. Selon le protocole SME, ce montant est la base de l’échelle de mesure que chacun est libre de choisir, et à laquelle toute autre grandeur comptable est relative. Le protocole du SME assure mathématiquement que chacun dispose du montant de l’échelle pour vivre chaque mois, sachant que chacun est libre d’ajuster tous ses paramètres comptables relativement à sa situation personnelle et indépendamment des choix des autres, tout en maintenant la réciprocité, c’est-à-dire sans léser personne ni se léser soi-même.

Comment ?

Pour conclure, tentons de formuler une hypothèse concernant l’évolution à court, moyen et long terme. Comment les approches introduites ci-dessus peuvent-elles se développer ?

En suivant l’approche 1, il semble difficile d’imaginer que la BCE fasse soudainement autre chose que ce qu’elle a toujours fait, à savoir lâcher du lest par petites touches de centaines de milliards d’Euros créés ex-nihilo, pour faire surnager le système au gré des aléas. Cette approche du revenu de base par création monétaire pourrait donc, sans doute, se mettre en place par bricolages politiques successifs. Le QE4people n’est d’ailleurs pas le seul à réclamer de la création monétaire. Il pourrait y avoir ensuite un Green-QE pour la transition énergétique, voire d’autres encore pour telle ou telle cause désespérée – un jour peut-être pour le démantèlement des centrales nucléaires ? 

Si le QE4people et les autres QE pouvaient contribuer à la création d’un revenu de base et servir à réparer les maux légués par le XXe siècle, pourquoi pas ? Mais cette démarche à l’échelle européenne résistera-t-elle aux incessants conflits de légitimité et de souveraineté qui pourraient conduire au repli des nations sur elles-mêmes ? Résistera-t-elle aux nations qui se proposent en gros de faire la même chose (selon l’approche 2) de manière disparate et à plus petite échelle ?

Enfin, combien de temps durera cette vieille ingénierie financière et les dogmes dont elle est le véhicule, face au rouleau compresseur technologique ? Toute prévision semble futile. Néanmoins, comme le souligne Joi Ito (MIT), Bitcoin, le logiciel libre qui défraie la chronique depuis quelques années, et ses variantes, ne sont pas mûrs, moins pour des raisons techniques que de gouvernance. Ils sécrètent de nouveaux pouvoirs placés entre des mains qui n’ont a priori aucune légitimité pour les exercer. Les banques traditionnelles pourraient en faire les frais. Selon certains analystes, elles pourraient même perdre à terme 95 % de leur activité. Le pouvoir serait ainsi confisqué entre de nouvelles mains qui ne sont a priori pas plus légitimes que celles de leurs prédécesseurs.

Qu’en est-il des approches 3 et 4 ?

Au contraire de ce qu’entreprennent les Institutions, les banques et les nouveaux acteurs des technologies financières (FinTech), ces initiatives citoyennes d’intérêt public se préoccupent avant tout d’éthique, de légitimité, et de gouvernance.

Tout le monde reconnaîtra qu’il s’agit là de bien belles idées mais bien peu jugeront qu’elles ont la moindre chance de s’imposer face aux logiques usuelles de profit et de pouvoir. Pourtant, nous pensons que cela sera le cas. En effet, dans le changement global de perspectives que nous traversons, de nombreux éléments laissent penser que la légitimité constitue un avantage évolutionnaire déterminantdes systèmes d’information, qu’ils soient monétaires ou autres.

Ces approches vous feront peut-être songer aussi à Bitcoin évoqué plus haut. Cependant, Bitcoin est à plusieurs égards un contre-exemple de ce qui est envisagé ici. Sa monnaie (le bitcoin) est intrinsèquement spéculative et n’inclut aucune idée d’inconditionnalité. Au contraire, les derniers entrants paient plus cher que les premiers. Néanmoins, Bitcoin a le mérite de montrer qu’une forme de comptabilité distribuée est possible, sans tricheurs qui se créeraient des unités de compte de manière cachée.

Selon nous, la vulgarisation de ce type de logiciel devrait rendre légitime une discussion politique approfondie sur les systèmes monétaires possibles. On finirait par reconnaître que l’unité de compte monétaire n’est pas un bien comme le veut le dogme de la monnaie-bien, mais seulement l’enregistrement d’un flux. La notion même de monnaie serait dépassée par celle de protocole, et le protocole monétaire en question pourrait devenir un jour une propriété intellectuelle faisant partie des communs !

Comme Bitcoin l’a montré, il n’est nul besoin d’attendre l’aval d’une Haute Autorité pour commencer à les construire. Et, à la différence de Bitcoin, ces initiatives citoyennes n’ont aucun caractère clandestin ou spéculatif. Elles entendent rester ouvertes et transparentes, et coopérer entre elles autant qu’il est possible.

Un jour qui sait, si les acteurs se parlent et si naît enfin un débat éclairé n’excluant personne, toutes ces approches doivent pouvoir se rencontrer pour trouver une formule réaliste, positive et durable du revenu de base et de la création monétaire.


Image : L.L. de Mars, Copyleft.

communscréation monétairemonnaie librethéorie relative de la monnaie

0 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *