Loccasion De Mon Anniversaire Essay

LE JOYEUX ANNIVERSAIRE DE LA MORT
GREGORY CORSO

Poèmes choisis – recueil bilingue
Traduit de l’anglais par Blandine Longre
Introduction de Paul Stubbs / Postface de Kirby Olson

The Happy Birthday of Death
Selected poems – bilingual book

Introduction by Paul Stubbs / Afterword by Kirby Olson

Black Herald Press, 2014
100 pages – 14 € – ISBN 978-2-919582-09-9

*

« Magnifique et stupéfiant Gregory Corso, le seul & unique Gregory le Héraut. »
Jack Kerouac.

« Sans doute le plus grand poète américain. »
Allen Ginsberg à propos de Gregory Corso.

*

“Amazing and beautiful Gregory Corso, the one & only Gregory the Herald.” Jack Kerouac.

He’s probably the greatest poet in America.” Allen Ginsberg about Gregory Corso.

*

commander l’ouvrage / order the book

En couverture : Gregory Corso, poète américain, dans la chambre 41 du Beat Hotel, 9, rue Gît-le-Cœur, Paris VIeme arr. 1957 © Harold Chapman / TopFoto / Roger-Viollet. Couverture : Sandrine Duvillier.

*

Gregory Corso (1930-2001), l’un des poètes majeurs de la Beat Generation aux côtés de Jack Kerouac, d’Allen Ginsberg et de William S. Burroughs, a voué son existence à la poésie. Bien qu’ancrée dans la modernité, l’écriture de Corso puise également dans des traditions plus anciennes (celles, entre autres, du poète Percy Bysshe Shelley, figure tutélaire, et de l’héritage antique), révélant une poésie de nature composite, erratique et visionnaire, entre élégance lyrique et audace syntaxique, archaïsme revendiqué et facétieuse vitalité. Cet ouvrage rassemble un choix de poèmes extraits d’un recueil d’une incontestable originalité, Le Joyeux Anniversaire de la mort (publié en 1960 par New Directions), recueil qui concourut à consolider la réputation du poète, « un alchimiste des plus insolites, un belliciste des mots opérant à l’usure, bataillant aveuglément, immensément, avec le langage », ainsi que le décrit Paul Stubbs dans l’introduction au présent ouvrage.

*

Gregory Corso (1930-2001), one of the major Beat poets of the 20th century, alongside Allen Ginsberg, Jack Kerouac and William Burroughs, devoted his life to poetry. Although modern, Corso’s language is also rooted in a more ancient tradition (among others, the poet Percy Bysshe Shelley, a tutelary figure, and the heritage of the Antiquity), revealing an erratic and visionary poetry of a hybrid nature, oscillating between lyrical elegance and audacious syntactical ruptures, between deliberate archaism and jocular vitality. This book gathers together a selection of poems translated into French from a collection of rare originality, The Happy Birthday of Death (New Directions, 1960), which helped cement the reputation of Corso as ‘an attritional warmonger of words, and an immense and blind wrestler of language’, as Paul Stubbs portrays him in the introduction to this book.

*

Tombe de Gregory Corso, Cimetière non-catholique de Rome. En épitaphe, le poème « Spirit » (publié dans le recueil Herald of the Autochthonic Spirit, 1981).

Gregory Corso’s grave in the Non-Catholic Cemetery in Rome. The epitaph is taken from his poem ‘Spirit’, which appeared in Herald of the Autochthonic Spirit (1981).

*

Un article de Hugues Robert (Librairie Charybde, Paris XIe – septembre 2017)

https://charybde2.wordpress.com/2017/09/18/note-de-lecture-le-joyeux-anniversaire-de-la-mort-gregory-corso/

*

Un article de Romain Verger (novembre 2014)

Mort en 2001, le poète américain Gregory Corso compte parmi les membres de la Beat Generation, aux côtés de Kerouac, Ginsberg et Burroughs. Moins connu et célébré que les trois autres, il est comme le décrit Ted Morgan, le « partenaire jeune, accepté et apprécié, mais pas tout à fait leur égal. Il n’avait pas été là dès le début, représenté par l’alliance des intellectuels de Columbia avec les branchés de Times Square. Il était un nouvel arrivant, bien que ses références fussent assez impressionnantes pour lui donner libre accès au premier cercle Beat… » Les éditions Black Herald nous le font découvrir en traduction par son recueil The Happy Birthday of Death, paru en 1960, des poèmes écrits à l’occasion d’un séjour à Paris, où il logeait dans le fameux et non moins miteux Beat Hôtel tenu par le couple Rachou dans le Quartier latin, haut lieu de création pour les membres du groupe. Un ensemble composé à part égale de poèmes courts et de textes plus ambitieux comme « Armée », « La Mort » et « Mariage », qui ont en partage, pour reprendre une expression du poème « Une mort héroïque » de Baudelaire, de « bouffonner la mort ». Le meilleur moyen de conjurer la mort, c’est de la convoquer, de la tutoyer, de la provoquer et de l’exorciser par le jeu :« Passons sous des échelles, croisons des chats noirs, / brisons des miroirs, brûlons des pattes de lapin, arrachons le 4e pétale, / Oui! tirons donc l’AS DE PIQUE — / Dormons sans avoir verrouillé nos portes ». En cela, le titre du recueil traduit parfaitement la tonalité de l’ensemble, tour à tour ironique, grinçante, burlesque ou émouvante. Des poèmes qui (c’est peut-être ce qui distingue Corso) entretiennent des liens particulièrement marqués avec la culture hellénique et latine et sa mythologie, l’univers baroque de Marlowe ou de Shakespeare, et jusqu’au Romantisme de Shelley et de Hugo dont les gargouilles de Notre Dame« trompettent Paris / quand la pluie s’écoule de leurs gueules ».
Si le poète semble parfois parler d’outre-tombe, ou se dissocier de lui-même à l’occasion d’une syncope vécue comme une expérience de mort imminente (« Je suis dans le lit de l’homme mince et sais que mes jambes sont restées près de moi par un air pur et froid »), s’il imagine ses propres restes balayés par un employé des wagons-lits, s’il invoque la mort pour qu’elle le prenne sous son aile, c’est peut-être plus encore d’une menace de disparition plus grande qu’il est question, qui le dépasse ou plutôt ne se pense qu’à l’aune d’une parole anonymée, riche de toutes les voix qu’elle véhicule. Ainsi se fait-il « auto-stoppeur » pour pouvoir dialoguer, quand bien même l’échange y prendrait des accents dadaïstes. Et si le poète « refuse d’aller au-delà de l’autodisparition », c’est sans doute qu’il en irait d’une autre extinction, de la possibilité même de l’échange et de la circulation du verbe à travers le temps. C’est peut-être en effet de cette menace de mort-là qu’il est d’abord question, d’une poésie qui s’évertue, à la faveur des options modernes qui lui sont propres, à entretenir ce dialogue avec le passé, aussi éloigné fût-il, pour « retenir la marée égéenne » ; ces voix aimées, inspiratrices du passé, incessamment convoquées et réinvesties par l’auteur qui s’y ressource de poème en poème, pour en jouer tel un jongleur médiéval : « Oyez sorceleur! » Le poète en sorcier et thaumaturge se flatte de posséder le « moyen de ressusciter les morts ». Alors qu’on ne s’étonne pas de voir surgir de ces poèmes savamment préparés comme des « conserves de sorcières fenouillées », tout le panthéon gréco-latin, comme Lazare sortant du tombeau. Le poète y interpelle Thésée, Ulysse et le Cyclope, Zeus et Rhadamanthe, Éros ou Calypso… Dieux, héros et monstres païens participent de cette grande danse macabre orchestrée par Corso. Dans cette folie verbale, les références tourbillonnent, se croisent par-delà les siècles, dans une mémoire profuse et synchrétique où les symboles éculés de la mort — corbeaux, chacals, hyènes, vautours, lombrics, sans oublier la « Faucheuse avec faux et sablier » — paradent en son honneur. Et c’est tout naturellement la figure d’Orphée, auquel le poème « Inspectons la lyre » rend hommage, qui imprègne le plus fortement le recueil, revenu des Enfers, autour duquel des « joueurs infidèles » se pressent comme des babouins pour lui curer les dents et inspecter sa lyre. Comme si des poètes mal inspirés n’en finissaient plus de se sustenter de ses restes, de ronger ses os et de tirer des accords dissonants et des harmonies contrefaites de sa lyre : «  Ils amputeraient la rose pour connaître la rose / — et la rapiéceraient en décèlement maladroit. // Nul objet de beauté n’est fait pour être inspecté ». C’est contre assèchement d’une écriture procédant de la dissection que Corso lutte par sa poésie, en tentant d’accueillir l’irrévélé, le Mystère, la part à jamais vive et vibrante du « noble livre ancestral » dont le manuscrit de Shelley (« page fragile à l’encre brunie ») qu’il tient en main semble lui communiquer les arcanes sensibles et le remède : « mon écheveau cypressien excède l’époque chroniquée / et, comme si je vidais un pichet de lait, je / déverse le secret sur la page mourante. »
On trouvera dans le recueil des textes plus politiques comme le long poème vitriolé « Armée » qui, tout en éclairant le motif de la mort d’un autre jour, amalgame les guerres et les figures martiales de l’Histoire en un cri poignant de détestation. Sans oublier le désopilant poème intitulé « Mariage » (qui résonne étrangement avec sa propre union avec Sally November quelques années plus tard), où le poète plein d’ironie hésite à se marier, à se ranger et se plier aux valeurs bourgeoises d’une vie de famille confortable. Dans la vision qu’il donne de ce« fléau de la bigamie », Corso dépeint une autre image de la mort, où le poète casé, époux et père, n’aurait plus guère pour se consoler qu’à « accrocher une photo de Rimbaud sur la tondeuse à gazon » : « Ô qu’est-ce que ça serait! / C’est sûr je lui donnerais pour tétine un Tacite en caoutchouc / En guise de hochet un sac de disques de Bach cassés / Clouerais du Della Francesca tout autour de son berceau / Broderais l’alphabet grec sur son biberon / Et lui bâtirais un Parthénon sans toit pour tout parc […] Non, j’en doute, je ne serais pas ce genre de père / ni campagne ni neige ni fenêtre paisible / mais New York chaude puante exiguë / au septième étage, cafards et rats dans les murs / une grosse épouse reichienne épluchant les patates et braillant Trouve du boulot! / Et cinq mioches morveux amoureux de Batman / Et toutes les voisines édentées aux cheveux secs / telles ces foules de harpies du XVIIIe siècle / cherchant toutes à entrer pour regarder la télé »

*

Un article de Jean-Pierre Longre (novembre 2014)

Gregory Corso (1930-2011), poète de la « Beat Generation » (celle d’Allen Ginsberg, Jack Kerouac et William S. Burroughs), est aussi “un iconoclaste capable de détruire ou de se soustraire à tout système de pensée, à tout système critique », selon les mots de Kirby Olson. Poète singulier, qui a donc un cheminement propre, non sans rapports avec son destin particulier. C’est en prison qu’il découvre la littérature et l’écriture, et tout au long de « sa vie chaotique », c’est la poésie qui l’a soutenu – sinon fait vivre.

Le volume bilingue publié par Black Herald Press, qui donne un large choix de textes tirés de The Happy Birthday of Death, un recueil écrit lorsqu’il vivait à Paris et publié en 1960, contribue à faire apprécier un poète jusque-là méconnu en France, puisque son œuvre n’y a été traduite et publiée que sporadiquement, par courts échantillons, peut-être à cause de cette originalité qui le caractérise, entre tradition et modernisme, entre classicisme et surréalisme. Paul Stubbs le précise dans son introduction : « Bien qu’il ait toujours été un poète moderne, voire enraciné dans son époque, Corso demeure avant tout un « ancien », doté d’une conscience pré-mythique, d’un mode d’expression pré-cognitif et, en fin de compte, excentrique » ; et les textes choisis sont une probante et belle illustration du caractère parfois surprenant d’une écriture qui « s’évertuait à atteindre les limites de l’imagination ».

Il y a du vagabondage dans cette écriture, qui évoque ici et là la Crète, Rome, Paris, L’Odyssée (mais tout de même, « Ulysse est mort », lui qui « aveugla créature d’immortalité ») ; il y a aussi du désespoir, du moins momentanément, dans les évocations de la mort et de la guerre, ou dans le constat du vide :

         « Il n’y a pas de nous, il n’y a pas de monde, pas d’univers,

         il n’y a pas de vie, pas de mort, pas de néant – rien n’a de sens,

         et ceci aussi est mensonge – Ô maudite année 1959 ! »

Mais cela n’exclut ni l’humour (celui, par exemple, des « Poètes auto-stoppeurs sur l’autoroute ») ni l’ironie sociale que manie le long poème intitulé « Mariage » et qui commence par une série de questions : « Devrais-je me marier ? Devrais-je être bon garçon ? / Sidérer la jeune voisine avec mon complet de velours et ma cagoule faustienne ? »

Questions en suspens – et heureusement, car, on le sait, la poésie est aux antipodes de la certitude :

                            « La poésie c’est chercher la réponse

                            La joie c’est savoir qu’une réponse existe

                            La mort c’est connaître la réponse ».

*

Like this:

LikeLoading...

Dernière mise à jour le 08/03/2018

Vous avez décidé de réunir vos amis pour célébrer votre anniversaire ou celui d'une personne chère à votre coeur ? Voici quelques astuces pour réussir votre fête.

Choisissez bien le lieu

Si vous avez envie d'une fête un peu exceptionnelle avec un nombre élevé d'invités, pensez à louer une salle, à réserver dans un bar ou un restaurant. Si la fête a lieu en appartement, n'oubliez pas de prévenir le voisinage par une petite note scotchée dans la cage d'escalier ou, plus sympathique, par un mot déposé dans les boites aux lettres de vos voisins. Cette précaution ne vous dispensera pas de vous assurer que votre fête ne soit pas trop bruyante : attention au volume sonore de la musique et aux fenêtres ouvertes. Autre précaution, cette fois pour protéger votre déco : enlever tous les objets fragiles, couvrir les canapés avec des plaids, donner des consignes claires aux fumeurs pour éviter les odeurs persistantes ou pire, les trous de cigarette... Il va sans dire qu'une fête d'anniversaire en grand comité n'est pas le genre d'occasion où l'on sort la belle vaisselle qui n'y résisterait sans doute pas ! En revanche, tout ce qui est en métal (seau à champagne, plats, serviteur...) fera grand effet et ne craindra pas la maladresse et les bousculades.

Lancez les invitations à l'avance

La date idéale à laquelle vous enverrez vos cartes d'invitation, c'est 1 mois avant la fête. Si vous avez engagé beaucoup de frais (location d'une salle, traiteur...), vous pouvez allonger ce délai d'un mois supplémentaire et demander à vos invités de vous répondre 3 semaines avant le jour J. N'oubliez pas d'être très précis quant au lieu (un plan peut aider !) et précisez bien si l'heure est indicative ("à partir de 20 h") ou fixe.

Les boissons

Si vous recevez un grand nombre de personnes, l'idéal est de prévoir une boisson qui peut se préparer à l'avance et que l'on peut présenter dans un saladier avec une louche pour faciliter le service. Le punch, la sangria, sont tout indiqués. Si vous souhaitez une boisson peu alcoolisée, la soupe de cidre est également une bonne option. Dans un joli saladier, versez une bouteille de limonade, une bouteille de cidre doux, du sirop de grenadine et complétez avec des glaçons.

Pour vos fêtes en petit comité, préparer pour chaque invité un cocktail maison à son goût sera très apprécié. Ne proposez cependant pas plus de deux ou trois choix, sauf si un de vos amis vous seconde pour servir vos invités. Voici quelques recettes de cocktails :

Piña colada

Ingrédients pour 2 litres environ
- 1 boîte de lait de coco (400 ml)
- 1 litre de jus d'ananas
- 15 cl de rhum blanc
- 15 cl de rhum ambré
- glace pilée
- morceaux d'ananas frais pour la déco

Préparation :

Mélangez dans le blender le jus d'ananas ainsi que le rhum et le lait de coco. Versez le mélange mousseux dans des verres remplis de glace pilée. Décorez le verre avec des morceaux d'ananas présentés sur une mini brochette.
Des variantes sont toujours possibles : ajoutez, selon votre goût, de la vanille, de la cannelle, du jus de banane ou encore de la crème. Remplacez tout ou partie du jus d'ananas par de l'ananas frais mixé.
Pour réaliser la version sans alcool de ce cocktail, reprenez exactement les mêmes ingrédients en enlevant le rhum, tout simplement.

Mojito

Ingrédients pour 1 verre
- 5 cl de rhum blanc
- 8 feuilles de menthe fraiche
- 1 citron vert
- 2 cuillères à café de sucre en poudre
- 6 cl d'eau pétillante
- glace pilée

Préparation :

Versez directement dans le verre les feuilles de menthe et la moitié du citron vert coupé en morceaux et écrasez le tout au pilon. Ajoutez le jus de l'autre moitié du citron vert, le sucre en poudre, le rhum et l'eau pétillante, puis la glace pilée. Pour une version sans alcool de ce cocktail, reprenez exactement les mêmes ingrédients en enlevant le rhum. Pour plus de simplicité, à la place du sucre en poudre et de l'eau pétillante, vous pouvez mettre de la limonade.
Idéalement vous utiliserez de la menthe poivrée. On peut ajouter de l'angostura pour relever le goût. Le sucre en poudre peut être remplacé par de la cassonade.

Cosmopolitan

Ingrédients pour 1 verre
- 4 cl de vodka
- 2 cl de cointreau ou grand marnier
- 2 cuillères à café de jus de citron
- 2 cl de jus de cranberry ou canneberges
- glaçons

Préparation :

Versez les ingrédients dans le shaker et mélangez bien. Filtrez si nécessaire. Pour une version sans alcool de ce cocktail, mélangez au shaker du jus de cranberry (ou de canneberges) et le jus de citron. Complétez avec de la limonade et un trait de sirop d'orange.

Blue Lagoon ou Lagon Bleu

Ingrédients pour 1 verre
- 4 cl de vodka
- 3 cl de curaçao bleu
- 4 cuillères à café de jus de citron
- glaçons

Préparation :

Versez les ingrédients dans le shaker et mélangez bien puis filtrez.

On peut allonger ce cocktail avec de la limonade. Si vous remplacez le jus de citron par du jus de pamplemousse, vous obtiendrez un Blue Ocean.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Sachez consommer et apprécier avec modération.

La nourriture

Plutôt que d'assoiffer vos invités avec des chips et du saucisson, pourquoi ne pas leur proposer aussi une belle assiette de crudités ? Fleurettes de choux-fleurs, carottes et poivrons découpés en lamelles, tomates cerises et radis seront trempés dans une sauce réalisée avec du fromage blanc, des fines herbes, du sel et du citron.

Proposez aussi des petits-fours chauds, comme les feuilletés aux saucisses (des saucisses de Strasbourg coupées en 6 morceaux qui seront entourés de pâte feuilletée et cuits au four durant 20 mm environ) ou encore les croque-monsieur en format miniature (vous préparez des croque-monsieur avec du pain de mie sans croûte et vous les coupez en quatre). Pensez aussi à faire de petits sandwichs (aux rillettes, au saumon fumé...), toujours avec du pain de mie sans croûte et en les coupant en triangle. Enfin, pour le dessert, pourquoi ne pas opter pour un gâteau de bonbons ? L'effet régressif est assuré et chacun peut picorer sans qu'il soit nécessaire de sortir assiettes et couverts. Dans un autre genre, vous pouvez acheter des pâtisseries orientales que vous présenterez en pyramide. Enfin, prévoyez que vos convives apprécieront de se rafraichir en fin de soirée avec des fruits et de l'eau minérale, si possible pétillante pour son apport en bicarbonate qui facilite la récupération !

Voir aussi...

  • Cartes invitation anniversaire
  • Cartes invitations
  • Invitations virtuelles anniversaire
  • Modèles de texte invitation anniversaire
  • Article sur l'organisation d'une fête d'anniversaire pour enfants
  • Tweeter

    Partager

    Tweet

    Vous aimerez aussi + d'articles sur le thème /Moments festifs



    Donnez votre avis sur cet article :


    Commentaires sur cet article : 37 commentaires
    De : Johanne Labbé
    Cocktails
    Dans vos recettes de cocktails que signifie l'unité de mesure cl ?
    Merci pour l'information.
    Posté le : 04/05/2017 06:05:51
    De : Julien
    Pour trouver le lieu idéal !!!
    Alors moi, j'ai organisé mon anniversaire récemment et je suis passé par une centrale de réservation qui s'appelle www.lesbarres.com. Je recommande chaudement pour le coup car vous pouvez via ce service réserver un espace ou privatiser une salle gratuitement dans un bar, un club ou un anniversaire. Moi j'ai organisé mon anniv au May Fair dans le 9ème à Paris et j'ai aussi pu bénéficier des tarifs préférentiels que le site avait négocié pour moi. Bref, j'ai adoré et j'en fais la pub sans aucun problème.
    Posté le : 20/05/2016 17:05:53
    De : fajou jean luc
    une idée originale pour vos celebrations
    Bonjour,
    pour vos organisations de fêtes d'anniversaires, célébrations, mariages,
    proposez a vos clients quelque chose d'original, une chanson personnalisée,
    sur l'air de leur choix, et que les convives pourront chanter,
    ce peut aussi être une jolie surprise, et un souvenir mémorable,
    qui aura sa place sur la vidéo de la soirée !! !!


    Posté le : 11/04/2015 18:04:33
    De : DENIS Monique
    Monik48
    J'organise un anniversaire surprise, cet article m'a beaucoup aidé pour son organisation. Merci
    Posté le : 14/12/2014 17:12:14
    De : La Rédaction lemagfemmes.com

    Bonjour Lucas,
    vous les trouverez là l'adresse suivante : http://www.dromadaire.com/carte-papier/invations-anniversaire
    Bonne journée !
    Posté le : 14/02/2014 16:02:14
    De : lucas
    où trouver des cartes d'invitation pour une fête d'anniversaire
    SVP
    Merci par avance
    Posté le : 14/02/2014 16:02:08
    De :

    J'ai passé une commande sur dromadaire pour des cartes d’invitation, je viens de les recevoir, elles sont superbes. Merci pour l'idée !!! L'article est bien aussi pour les autres idées, comme les boissons.
    Posté le : 04/02/2014 16:02:47
    De : Beatrice
    merci
    J'aime bien vos articles. Des idées sympas pour un anniversaire !
    Posté le : 01/10/2013 12:10:02
    De : virginre
    [email protected]
    virginre je aminer jou sdfa meci
    Posté le : 12/09/2013 23:09:56
    De : Kistler Fabienne
    60 ANS
    J'AI LE PLAISIR DE T'INVITER POUR FÊTER ENTRE AMIES MES 60 ANS AUTOUR D'UNE PETITE SOIRÉE TARTE FLAMBÉE LE VENDREDI 20 SEPTEMBRE A PARTIR DE 19H AU RESTAURANT "LA BERGERIE A BISCHOFFSHEIM.
    Posté le : 29/05/2013 14:05:57
    De : Joce
    hello
    super le partage bisous ensoleillé
    Posté le : 22/11/2012 17:11:00
    De : oswald
    oswill
    merci pour ces idées combien utiles
    Posté le : 12/11/2012 16:11:59
    De : lea
    Cool les recettes !
    Merci pour les cocktails.
    Posté le : 19/10/2012 09:10:25
    De : Un cadeau de Michaelle !
    joyeux anniversaire Herman
    rien que le meilleur!!!
    Posté le : 02/05/2012 23:05:57
    De : yvan
    nous faisons la fete
    je serai heureux , content de ta présence, de votre présence,pour ce moment magique, de se retrouver et partager l' amour et la fraternité qui nous est si cher yvan
    Posté le : 08/03/2012 23:03:31
    De : clara
    Anniversaire
    Merci pour vos conseils, c'est un grand plaisir pour moi de les voir
    Bonne continuation
    Posté le : 13/10/2011 12:10:22
    De : mireille dreucci
    Organisation "anniversaire"
    Super sympa pour les recettes et plein de bonnes idées
    Posté le : 10/10/2011 10:10:16
    De : Hélène

    Merci pour tous vos conseils judicieux et pratiques qui donnent des idées à ceux qui les ont perdues en route..
    C'est mon anniversaire et je suis invitée chez ma nièce - Le 7 s'était celui d'un neveu et je lui ai envoyé une belle carte -
    Merci encore
    Posté le : 09/10/2011 10:10:00
    De : Jacques

    Bonne initiative pour un novice éternel de mon espèce
    Posté le : 08/10/2011 21:10:10
    De : ali
    LUCCA
    Je fête mon anniversaire
    Posté le : 07/10/2011 23:10:47
    De : Jacques Christophe juste
    Mes remerciements
    Je m'en réjouis de prendre connaissances de ces belles idées et je vais les partager avec mes amis.Je remercie toute l'équipe.
    Posté le : 07/10/2011 21:10:13
    De : Guy - Fourneau .
    Hortografie .
    Si même Vous écriviez ce mot de cette façon , ma
    " Saint - Patie " vous est acquise , car seul la qualité de l ' article est importante . Merci encore et à bientôt
    Guy .
    Posté le : 07/10/2011 20:10:57
    De : Fourneau - Guy
    Idée - superbe .
    Merci pour tous ces
    renseignements qui
    sont toujours bons à
    savoir . Félicitations à
    l ' équipe de dromadaire . Amicalement - Guy -
    Posté le : 07/10/2011 18:10:49
    De : Stef
    D'accord avec M. Houtaud
    Il n'y a pas que ça comme faute d'orthographe : boîte prend un accent circonflexe (et ce malgré la réforme orthographique : ce nom gare son accent pour éviter de le confondre avec le verbe boiter).
    Posté le : 07/10/2011 16:10:59
    De : Schandeler
    Anniversaire
    Bon anniversaire Marie-Chantal
    Posté le : 08/09/2011 17:09:24
    De : La Rédaction de Dromadaire.com
    en réponse à Houtaud
    Le mot croque-monsieur peut être considéré comme invariable (on dit alors un croque-monsieur, des croque-monsieur), ou se mettre au pluriel de cette façon : croque-messieurs.
    L’orthographe croquemonsieur est possible et s’accorde au pluriel pour donner croquemonsieurs.

    En revanche, concernant "sandwich" : le pluriel adopté dans les pays francophones fut le pluriel anglais : sandwiches ; cependant la réforme orthographique de 1990 préconise d'écrire « des sandwichs ».
    Posté le : 29/08/2011 18:08:25
    De : d'Houtaud
    Souhaits
    Puisque vous parlez d'anniversaire, on peut formuler un souhait : que votre article ne soit pas cousu de fautes d'orthographe.
    Le français est une belle langue et mérite quelques égards. Vos lecteurs aussi.
    Posté le : 25/08/2011 23:08:24
    De : Louise
    Attention aux fêtes surprises
    Pas tout le monde apprécie qu'on organise les fêtes-surprises pour lui!
    J'ai fait une très mauvaise expérience avec ça...
    Plus jamais!

    Posté le : 18/08/2011 12:08:47
    De : Akamhi
    comment réussir la fête d'anniversaire?
    N'attendez plus!demandez conseil à dromadaire.
    Posté le : 13/08/2011 20:08:21
    De : Akamhi
    comment réussir la fête d'anniversaire?
    Fêtons nos anniversaires comme il se doit avec dromadaire !
    Posté le : 13/08/2011 20:08:18
    De : Akamhi
    parfait
    N'hésitez-pas à jouir de l'opportunité qui vous est offerte, adhérez sans plus tarder à dromadaire.
    Posté le : 13/08/2011 20:08:30
    De : auger
    Bien vue !
    Bonne initiative !
    Très bien.
    Salutations Mr Auger
    Posté le : 11/08/2011 17:08:12


    0 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *